Journée du mardi 4 septembre 2018

Journée de présentation de la formation BPJEPS et ADVF aux Tuteurs de stages, Directeurs, Equipe pédagogique, Conseil Régional, invités.

Article du SUD OUEST/ BORDEAUX RIVE DROITE 1 Publié le 05/09/2018.

CESAM FORMATION, Centre de Formation situé à Ambares en Gironde prépare au Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) en Animation Sociale. Les 8 premiers candidats ont créé une association.

A peine arrivés qu’ils sont déjà partis en stage, alors qu’ils ont commencé leur formation au Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) en Animation Sociale le 25 juin dernier.
Les huit premiers aspirants au métier d’animateur social se sont vus immédiatement proposer des stages en immersion. « C’était le principe de départ pour lancer cette promotion, raconte Daniel Fuster, le coordinateur de cette formation. Avec son équipe pédagogique composée par des professionnels passionnés par leur métier (Ethologue et médiation animale, Directeur d’acteur et metteur en scène, Animateur social, Educatrice spécialisée, Directeurs de structure médico sociale, etc. Tous sont là pour accompagner dans la bienveillance l’ensemble du groupe de stagiaires.
Claire DA DALT, Directrice de CESAM FORMATION a présenté la philosophie qui porte ce centre de formation qui est : » ne jamais laisser quelqu’un au bord du guet », proposer aux stagiaires un lieu privilégié permettant l’apprentissage de qualité dans la sérénité de ce lieu atypique.

Profils différents des stagiaires BPJEPS
La motivation de la jeune Manon est palpable. Âgée de 22 ans, elle n’a pas hésité à venir de Bretagne pour suivre le cursus proposé à Ambarès. « J’ai été animatrice de centres de vacances. J’ai aussi une licence d’administration économique et sociale, mais après un stage de découverte dans un Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) Van passé, j’ai compris que je voulais me consacrer complètement à l’animation sociale, surtout auprès du 3e âge. J’ai cherché partout et le programme ici débutait en juin donc je me suis lancée dans l’aventure détaille-t-elle avec le sourire.
Sa collègue, Sabrina, partage son enthousiasme. À 33 ans, la mère de deux jeunes enfants s’est tournée vers une carrière sociale après qu’une opération aux épaules a mis fin à l’exercice de son métier d’agent de service hospitalier. « Ça fait longtemps que j’ai quitté les bancs de l’école, donc j’appréhendais la partie théorique, mais c’est suffisamment passionnant pour passer au-delà », analyse-t-elle avec le recul. Sur vingt-et-une semaine répartie dans l’année, les élèves passent 735 heures au centre de formation, Plus d’un millier se déroule en entreprises, Là, les futurs animateurs sont confrontés à l’ensemble des aspects du métier : la création d’activités mais aussi les aspects réglementaires, administratifs, organisationnels.
L’écoute avant tout
Lionel, ancien commercial dans le secteur hôtelier, est avant tout séduit par I l aspect humain. « J’étais déjà en lien avec des Ehpad dans ma carrière précédente, mais ce que je découvre à travers les cours et le stage, c’est la création de lien social. Cela correspond bien à mes envies. Et je retrouve des aspects intéressants du commerce, comme la capacité d’écoute, la communication, mais cette fois, il n’y a rien à vendre ! »
Son stage aux Chardons Bleus à Mérignac, la ville où il réside, lui a aussi permis de retrouver des réflexes pratiques qui sont utiles aux personnes dont il s’occupe. « Il faut savoir être calme, penser à se mettre physiquement à la hauteur des gens pour échanger. Parfois cela ne passe même pas par la parole. »
De son côté, Patricia vit son parcours comme une évolution. Aide-soignante en Ehpad, elle a été informée de la formation par une amie animatrice, « C’est une reconversion, pour passer de l’autre côté. Mais j’aimerais continuer à travailler dans le même Ehpad glisse cette habitante du Lot-et-
Garonne. Au terme de la formation, Daniel Fuster a prévu un job dating, pour aider ses élèves à se placer. « Il y a pas mal d’animateurs qui vont partir à la retraite en 2019 et 2020, il y aura des possibilités d’emploi avance-t-il. Le coordinateur a convié à la journée de présentation d’hier les tuteurs de stage , les Directeurs de structures d’accueil des stagiaires, l’équipe pédagogique, le Conseil Régional de la Nouvelle Aquitaine en la personne de Madame Catherine VEYSSY, Vice-Présidente du Conseil régional en charge de la formation professionnelle, l’association Osons Ici et Maintenant, représentée par deux coordinateur du dispositif SESAME, qui accompagne les jeunes de moins de 25 ans dans la recherche d’emploi, de formation professionnelle

La première promotion des stagiaires BPJEPS , ont expliqué leur parcours et partagé leur expérience. Ils se sont constitués en association pour fédérer les futurs professionnels du social, du paramédical, de l’animation socioculturelle. Hier, des candidats de la deuxième promotion ont également fait le déplacement. Ils ont pu entendre le résumé succinct et pertinent d’une élève : « Toutes les structures n’ont pas encore mis en place de poste d’animation. C’est dommage parce que c’est important : L’animateur est là pour accompagner, donner vie, mettre en mouvement par des activités diverses les journées parfois longues, apporter un sourire aux personnes dont nous avons la charge, et ça, c’est essentiel ! »

e.millien@sudouest.fr

Contact

une question ?
un conseil ?

Abonnez vous à la newsletter